Le clan Takeda est un des clans de samourai les plus célebres de l’histoire du Japon. Il est à l’origine d’un grand nombre d’école d’art martiaux actuelle : Aikido, Daito-ryu Aikijutsu, Hakko ryu. Il existe bien peu d’arts martiaux japonais qui n’ait été influencé par les techniques issues de ce clan. Comme ces techniques ont souvent changé de nom au cours de l’histoire, on les désigne parfois sous le nom de Takeda Ryu.

Mon du clan Takeda

Les origines du Takeda-Ryu:

Shinra Saburo Minamoto Yoshimitsu (1057-1127)Vers 875 880, l’un des fils de l’empereur Seiwa (859-876) Teijun Fujiwara (873-916 : parfois appelé Sadazumi) créa une forme de combat à partir de styles apparentés au sumo. Il n’enseigna ces techniques, baptisées Tegoi, qu’au sein de la famille Minamoto où elles restèrent secrètes jusque vers les années 1100. A cette époque, deux fils de Minamoto no Yoriyoshi (998-1075 : un descendant de 5e génération de l’empereur Seiwa) commencèrent à cataloguer, développer et inventer de nouvelles techniques : Shinra Saburo Minamoto Yoshimitsu (1057-1127) Minamoto no Yoshiie (1039-1106) et son frère Minamoto no Yoshiie (1039-1106), experts dans l’art de la guerre, avaient été formé aux enseignements de Sun Tsu, Sun Bin et Wu Tsu ainsi qu’au maniement de l’arc, de la lance, du sabre et à l’utilisation du Tegoi. Yoshiie fut chef de guerre durant les guerres Zenkunen et Gosannen. Il portait le surnom de Hachimantarô, fils d’Hashiman le dieu de la guerre. C’était un leader respecté et responsable qui garda la confiance de ses hommes durant les plus dures moments de ces guerres.


Ensemble, dans le chateau de Daito, ils perfectionnèrent leurs techniques à un niveau encore jamais atteint. Ils portaient un grand intérèt dans l’anatomie humaine en étudiant sur le corps des hommes tués au combat les effets des frappes, des clés et des coupes. Ils étaient également des danseurs et acrobates émérites. De ces expériences multiples naquit une nouvelle synthèse appelée Aiki-in-yo-ho.

Le clan Kai Takeda :

Takeda Shingen (1521-1573) Minamoto Yoshimitsu transmis plus tard ses techniques à son fils Yoshimitsu Yoshikiju qui habitait à Takeda dans la province Kai. A la génération suivante, le clan adopta le nom de Kai genji Takeda. Ils se transmirent héréditairement les enseignements de Minamoto Yoshimitsu qu’ils enrichirent et perfectionnèrent sans cesse sous la forme de techniques secrètes nommées Takeda No Heiho. Ces techniques secrètes n’étaient enseignée qu’à l’élite du clan. Parmi les armes enseignées dans ces techniques secrètes se trouvait une carte tranchante de forme rectangulaire, l’ancêtre du shuriken.

La lignée Takeda resta à la tête de cette province jusqu’à la mort du plus célèbre de ses descendants : Harunobu, plus connu sous le nom de Takeda Shingen (1521-1573), un des plus grands stratèges de cette époque. Sa mort correspond pour les historiens à la fin de l’époque Muromachi (environ de 1392 à 1573) et marque la fin du clan de shoguns Ashikaga et le début de la domination d’un nouveau clan de shoguns, les Tokugawa. L’invasion de la province de Kai et la défaite complète du clan Takeda est marquée par le suicide de Takeda Katsuyori (1534-1582) et la fin du clan en tant que puissance politique majeure.

Mon du clan Takeda

Le clan Aizu-Takeda

Toutefois, le neveu de Takeda Shingen, Kunitsugu Takeda se réfugia dans la vallée d’Aizu où le seigneur Moriuji Ashima, resté fidèle à Takeda Shingen et aux Ashikaga, lui offrit des terres et un château. Les techniques guerrières familiales continuèrent à se transmettre et s’étendirent aux dignitaires importants du clan Aizu en remerciement de leur aide. Cette branche de la famille Takeda est connue sous le nom de clan Aizu-Takeda pour la différencier du clan Kai-Takeda.

Masanori Hoshina

Masanori Hoshina fut une personne importante dans l’évolution des techniques du Takeda-Ryu. Il était fils adoptif d’un vassal de Shingen Takeda et de la jeune soeur du Shogun Ieyasu Tokugawa. Masanori fit son entrée dans le chateau d’Aizu en 1643 comme seigneur du Han d’Aizu. On dit qu’il fut un gouverneur sage et avisé. En 1651 il devint garde et conseiller du jeune (11 ans) Shogun Ietsuna Tokugawa. Il fut conseiller à Edo pendant plus de 20 ans. Durant toute cette époque, il pratiqua le Takeda No Heiho et le transforma en un art nommé Oshiki-uchi (lit., “art de self-defense de la cour”). Il enseigna cet art aux plus grands dignitaires de la cour comme les membres du conseil des anciens ou certaines figures politiques. Il étudia également les secrets de l’école de sabre Onoha Itto-ryu, depuis cette époque ces deux écoles sont enseignées ensembles. Remarquons toutefois, que les pratiquants de takeda ryu ne sont pas les héritiers direct d’Itto Ryu. Les techniques de ces deux écoles étaient considérées comme secrètes et il était interdit de les transmettre en dehors de la maison Saiga.

A la fin du XIXe siècle, Saigo Tanomo Chikamasa (1820-1905), le dernier des descendants de la famille Saigo trouva dans un jeune samourai du clan Takeda son héritier et son successeur.

Mon du clan Takeda

Takeda Sokaku (1860-1943)

Naissance et apprentissage :

Takeda Sokaku (1860-1943)Takeda Sokaku naquit à Oisenomiya en 1860 au sein d’une famille de vaillants guerriers du Han d’Aizu. Son père Takeda Sokichi (1819-1906) lui enseigna dès son plus jeune âge le “ken jutsu”, le “bo jutsu”, le “sumo” et le “jujutsu”. Il étudia l’école d’escrime “Ono Ha Itto Ryu” sous la direction de Shibuya Toma au dojo Yokikan. En 1873, son père le présenta à un de ses amis, escrimeur très réputé, Sakakibara Kenkichi, qui le prit comme élève et lui enseigna l’école “Jikishinkage-ryu”. Il étudia aussi l’école “Kyoshin Meichi-ryu” dans le dojo d’un célèbre maître de sabre, Momonoi Shunzo. A 15 ans, il entreprit des études pour devenir prêtre et se rendit au temple Tsutsukowake à Fukushima. Il y rencontra un prêtre Shinto du nom de Hoshima Chikanori qui était le nom pris par Saigo Tanomo après la restauration Meiji. C’est à cette occasion qu’il étudia la méthode Oshiki-uchi. Bien qu’il ne devint pas prêtre, Takeda Sokaku rendit visite à plusieurs reprises par la suite à Saigo Tanomo pour parfaire sa technique. Escrimeur redoutable, Takeda Sokaku parcourut le japon pour visiter les écoles et lancer des défis. Il était imbattable au sabre et se fit reconnaître comme le plus jeune expert en art martiaux de son clan. En 1898, Saigo Tanomo lui révéla les secrets des techniques occultes et l’autorisa à enseigner et à transmettre son art martial. Peu avant sa mort, Saigo Tanomo, demanda à Takeda Sokaku d’apporter les perfectionnements nécessaires à l’Oshiki-Uchi pour l’adapter au monde moderne.

Maître de Daito-Ryu Aikijutsu :

Takeda Sokaku commença donc à transmettre le Daito-Ryu et le Ono Ha Itto Ryu. N’ayant pas de dojo, il voyageait dans tout le Japon en s’arrêtant pour enseigner là où on l’y invitait. Sa réputation faisait aussi qu’on le sollicitait pour être “Yojimbo” (garde du corps) pour des personnalités. Morihei UeshibaBeaucoup d’anecdotes circulent encore de nos jours à son sujet. On raconte qu’il eu plusieurs milliers d’élèves dont de nombreux fondateurs de style, qu’il n’aurait jamais connu de défaites. On en sait également beaucoup sur sa personnalité difficile : c’était un homme violent qui terrorisait ses ennemis et n’hésitait pas à blesser durement ceux qui le décevait.
Un de ses élèves, Maître Ueshiba Morihei développa plus tard son évolution personnelle de ces techniques martiales pour en faire un art martial plus accessible qu’il appela Aikido (Aikido Aikikai aujourd’hui). Un autre de ses élèves célèbre fut Okuyama Ryuho qui allait plus tard fonder l’Hakko Ryu Ju-Jutsu en associant le travail des techniques Daito avec ses propres connaissances médicales.

C’est à son troisième fils Takeda Tokimune (1915-1992), que Takeda Sokaku confia la charge du Daito Ryu Aiki-Jujutsu, perpétuant ainsi la lignée des Takeda. Celui-ci commença sa formation en 1925 sous la coupe de son père. Takeda Tokimune a ouvert son dojo (Daïtokan) à Abashiri (Hokkaido) en 1953 et a enseigné l’art martial de son père sous le nom de Daito-ryu Aikibudo. Officier de Police à la retraite, il s’est consacré de 1976 à sa mort, à l’enseignement du Daito-ryu et des techniques de sabre de l’école Ono-ha Itto-ryu. Le Soke actuel du Daito-Ryu Aïkijujutsu est Maître Takeda Munemitsu, le frère de Maître Takeda Tokimune.

Mon du clan Takeda